Fiches Métiers

Présentation

Le métier d’auditeur externe comporte différents aspects, essentiels pour débuter une carrière riche et intéressante :
  • Le travail en équipe
  • La connaissance des modes de fonctionnement d’une entité
  • L’appréciation des différences entre les secteurs d’activité
  • Apporter une expertise pointue dans un domaine précis

Travailler en audit externe, c’est se former à deux principaux sujets :

  • Le commissariat aux comptes
  • Les missions d’audit ponctuelles

La principale préoccupation du commissaire aux comptes est de vérifier que les comptes présentés par le client à ses actionnaires et au public en général donnent une image fidèle de la société à un moment donné.
Ainsi, de nombreuses diligences et procédures sont mises en place pour valider les états financiers. Les principales sont la revue du contrôle interne, la validation du chiffre d’affaire, de l’EBITDA et des différents agrégats que comportent les comptes. De fait, le métier de commissaire aux comptes permet d’acquérir des connaissances en comptabilité et gestion, en fiscalité et en analyse financière notamment.
Par ailleurs, il s’agit d’un métier dans lequel les horaires de travail peuvent varier avec des périodes intenses et des moments plus calmes. Ainsi, de novembre à février, les semaines sont riches. De plus, le commissaire aux comptes est amené à se déplacer, en France et parfois à l’étranger du fait de l’activité de services du commissaire aux comptes.

Les missions d’audit ponctuelles sont très variées car un client peut demander de nombreux audits dans divers domaines. Ainsi, l’auditeur externe est amené à travailler sur des augmentations de capital, des introductions en bourse, des « due diligence » autrement dit, des vérifications préalables à une opération. Ces missions peuvent être effectuées pour des clients très divers. Il existe de nombreuses opérations parfois demandées par des banques, des clients pour effectuer des emprunts, ou autres, et qui veulent vérifier le ratio d’endettement par exemple.

Fonctions

Le métier d’auditeur externe est très hiérarchisé puisque, en cas de bonne performance, chaque collaborateur peut être promu à un grade supérieur tous les ans. Cette organisation assez particulière est très intéressante pour un stagiaire qui souhaiterait faire six mois d’audit. En effet, le stagiaire peut acquérir beaucoup d’expérience pendant cette période.
Les débuts du métier d’audit externe sont essentiellement concentrés sur la partie « commissariat aux comptes », plus complète pour un débutant.

Concrètement, le stagiaire en audit externe est chargé de (d’) :

  • Analyser et érifier certains agrégats du bilan
  • Observer les stocks des entreprises via les inventaires physiques
  • Faire des rapports et des synthèses sur ses travaux
  • Assurer un bon relationnel avec ses clients et ses équipes
  • Assister ses seniors et être proactif

Qualités

L’auditeur doit posséder un solide bagage juridique. Il doit maitriser les outils comptables (bilan, compte de résultats,...), les outils financiers (ratio, dette,...) et certains outils informatiques (Excel,...).
Un auditeur possède un esprit d’organisation, de synthèse et d’analyse très développé. Souvent en déplacement chez des clients, il lui est indispensable d’avoir un sens de la communication et du contact.

Formation

De nombreuses formations permettent d’accéder au métier d’auditeur. Parmi elles, on retrouve les écoles de commerce et les écoles d’ingénieurs, les études en techniques comptables et financières, les écoles de gestion, les masters en sciences juridiques et financières et certains IUP banque et finance.

Présentation

Le chargé d’affaires a pour rôle de conseiller et de développer son portefeuille de clients (PME, artisans, ....). Il les guide au quotidien dans le développement de leur activité.

Fonctions

En pratique,
  • Il gère au jour le jour les affaires de ses clients
  • Il analyse en détail l’entreprise
  • Il aide à l’obtention de crédits
  • Il met en œuvre des stratégies de placement
  • Il gère les risques liés aux placements ou crédits grâce à des outils adaptés
  • Il se déplace beaucoup chez ses clients au quotidien
  • Il suit les objectifs fixés par la banque en étroite collaboration avec les conseillers clientèles et en patrimoine ainsi qu’avec les dirigeants
  • Il est en constante relation avec de multiples interlocuteurs concernant opérations courantes

Qualités

Le chargé d’affaires est un commercial qui doit être à l’écoute de ses clients tout en restant critique afin de les aider au quotidien. Il doit aimer le contact avec autrui car il est très souvent amené à se déplacer. Il doit maitriser certains aspects juridiques et fiscaux de la gestion d’entreprise.

Formations

Les diplômes d’écoles de commerce ou les masters spécialisés sont très demandés pour ce métier. Néanmoins, tout commercial de niveau bac + 3, ayant de l’expérience en tant que conseiller, peut exercer cette profession. Les conseillers clientèles évoluent souvent comme chargé d’affaires. Un chargé d’affaires peut évoluer vers des postes plus spécialisés (PME,...) ou des postes de direction.

Présentation

La comptabilité est l'enregistrement des flux économiques et financiers (entrées et sorties) d'une entité (entreprise, association, collectivité...) en rapport avec son activité et son patrimoine.

Le comptable est le technicien qui vérifie les enregistrements comptables d’une période donnée. Il réalise ensuite les travaux comptables (le bilan, le compte d’exploitation, la balance) qui donnent une image de la situation financière de l’entreprise. Sous la tutelle du Directeur Administratif et Financier et en collaboration avec le trésorier, le comptable gère l'aspect financier d'une entreprise. Il doit évaluer en temps réel l'état financier de l'entité pour laquelle il travaille afin de définir sa position et ses possibilités financières (investissement, crédits...). De son bureau, il est en relation avec l'ensemble des services de l'entreprise (marketing, ressources humaines...), ainsi qu’avec les fournisseurs et le service des impôts. Il travaille avec des livres comptables représentant l'ensemble des mouvements de flux (grand-livre comptable, livre inventaire, image fidèle de tout les flux...).

Fonctions

Un comptable doit :
  • Assurer la bonne tenue des livres comptables
  • Assurer le suivi des opérations bancaires
  • Vérifier la santé financière de l'entreprise ou de l'administration
  • Centraliser l'information
  • Assurer les relations comptables
Concrètement il est en charge de (d’) :
  • Comptabiliser les factures des fournisseurs et les payer
  • Etablir les fiches de paie
  • Facturer les clients
  • Anticiper les entrées et les sorties d'argent
  • Elaborer le compte d'exploitation et les bilans comptables
  • Collaborer à l'élaboration du budget

Qualités

Pour effectuer ce travail méticuleux et soigné, le comptable doit aimer manipuler les chiffres et les calculs. La maîtrise des instruments comptables et de leur fonctionnement est indispensable. Il doit être rigoureux, organisé, honnête, avoir un esprit de synthèse et d'analyse, un excellent sens de la communication et du travail en équipe. Il est essentiel de savoir prendre des initiatives et d’avoir une grande résistance au travail sous pression.

Formation

Différents diplômes permettent d'accéder au métier de comptable, tels que BTS, IUT et licence professionnelle. Un diplôme d'une école de commerce ou un troisième cycle universitaire permet d'accéder plus rapidement à des postes à hautes responsabilités.

Un comptable peut obtenir un diplôme d’expert-comptable en suivant une formation auprès de l'ordre des experts-comptables. Cela lui permet de se mettre à son compte et de prétendre à une crédibilité certaine, et à un meilleur niveau de rémunération.
Le comptable peut également évoluer vers des postes à plus hautes responsabilités, en prenant la direction d’un service, ou en devenant directeur comptable.

Présentation

Rattaché à la direction du réseau (directeur d’agence) ou à la direction financière de la banque, le conseiller en patrimoine est chargé de gérer les placements de ses clients. Il travaille en étroite collaboration avec des juristes et des fiscalistes sur de nombreux dossiers.

Fonctions

En pratique,

  • Il démarche constamment de nouveaux clients
  • Il gère leurs placements
  • Il est à la fois, commercial, consultant et technicien
  • Il établit des bilans financiers du patrimoine de ses clients
  • Il met en œuvre des stratégies d’investissements
  • Il rencontre ses clients ainsi que des juristes et des fiscalistes
  • Il adapte ses choix aux souhaits de ses clients

Qualités

Le conseiller en patrimoine est, plus que le conseiller clientèle, un vrai commercial. Il doit être à l’écoute de ses clients donneurs d’ordres. Il doit maitriser les outils fiscaux et juridiques afin de gérer au mieux ses placements.

Formations

Les diplômes d’écoles de commerce ou les masters en gestion de patrimoine sont les voies idéales pour prétendre à ce poste. Les formations bancaires spécifiques sont un avantage certain (ITB,CESB). Les conseillers sur le marché des particuliers évoluent souvent vers la gestion de patrimoine. Un conseiller en patrimoine peut évoluer vers des postes à plus fortes responsabilités (plus grosses fortunes à gérer) ou des postes de direction ou d’encadrement.

Présentation

Le directeur d’agence contrôle et gère l’ensemble de l’offre, la stratégie et les équipes au sein de son agence. C’est un véritable chef d’entreprise.

Fonctions

En pratique :

  • Il met en place l’offre de proximité : crédits, épargne,... ;
  • Il développe la stratégie commerciale de son agence ;
  • Il gère le personnel et manage ses équipes ;
  • Il favorise les actions publicitaires au sein de son agence ;
  • Il assume la responsabilité de la rentabilité de son agence ;
  • Il utilise les services du siège de la banque pour servir au mieux sa clientèle ;
  • Il représente la banque au niveau local auprès des municipalités, institutions,... ;
  • Il travaille personnellement comme conseiller auprès des gros clients (professionnels) ;

Qualités

Le directeur d’agence doit être doté d’un bon sens du relationnel et d’un goût prononcé pour le management. Il doit être capable de faire travailler des équipes parfois nombreuses vers un objectif commun. Il doit avoir un sens aigu des responsabilités et savoir prendre des décisions seul et rapidement.

Formations

Les formations les plus adaptées pour ce poste sont les formations du domaine bancaire (ITB) et les formations d’écoles de commerce ou d’université. Un bac +4/+5 est fortement recommandé pour accéder à ce poste rapidement ainsi qu’au moins 5 années d’expérience dans le domaine bancaire.
Le directeur d’agence peut évoluer vers des postes à dimension managériale plus forte, en prenant la responsabilité d’une agence plus importante ou travaillant au siège de la banque.

Salaire

Petite équipe : 32000-40000€ (variable : 0-4000€)
A partir de 7 personnes : 40000-55000€ (variable : 0-10000€)

Présentation

Le contrôleur de gestion participe à la mise au point des prévisions budgétaires et des objectifs financiers de l'entreprise et de ses départements. Il travaille sous la tutelle du directeur administratif et financier ou de la direction générale. Il est en collaboration avec le trésorier, le Comptable et les auditeurs internes et externes. Il dispose d’une vision sur l'ensemble des services de l'entreprise. Il veille au respect des directives dans chaque département en analysant les écarts et en proposant des mesures correctives. Son rôle est de collecter puis de transmettre les informations au sein de l'entreprise.

Fonctions

  • Il participe à l'élaboration des objectifs de l'entreprise ou d'un département.
  • Il met en place des tableaux de bords et les adapte aux objectifs de l'entreprise.
  • Il aide à définir les budgets annuels et les moyens nécessaires (humains, financiers, techniques) pour chaque objectif.
  • Il suit en permanence les réalisations des départements. Il élabore des tableaux de bord pertinents par activité. Il collecte les informations quantitatives et qualitatives qui lui sont nécessaires.
  • Il met en évidence les écarts significatifs entre les prévisions et les réalisations. Il analyse les causes de ces écarts avec les responsables opérationnels.
  • Il ajuste les prévisions en fonction des écarts constatés. Il conçoit et rédige des rapports de synthèse pour la direction générale et propose des mesures correctives.
  • Il est le garant de la cohérence et de la conformité des procédures permettant d’assurer une bonne gestion de l'entreprise.
  • Il s'assure de l'harmonisation des outils informatiques de gestion.

Qualités

Le contrôleur de gestion sera apprécié sur sa capacité à mettre en place des outils appropriés pour transmettre des informations fiables et claires à la direction générale. Il doit faire preuve de beaucoup de disponibilité lors des périodes de budgets et de bilans. Dans une grande entreprise, il peut être amené à se déplacer dans les différentes unités ou filiales. Il doit avoir de solides connaissances en gestion et techniques financières, en comptabilité de base, ainsi qu'une bonne maîtrise des outils informatiques. Capacité de synthèse, esprit critique, ainsi que d'organisation et de planification sont nécessaires pour ce métier. Il doit avoir un bon sens relationnel pour créer un climat de confiance avec ses interlocuteurs et de la diplomatie pour imposer ses procédures.

Formations

C'est un métier accessible à tout type de formations. Une école d'ingénieur avec une formation complémentaire en gestion peut être particulièrement appréciée pour le contrôle de gestion industriel.

Présentation

Le cliché :
Le Trader représente l’archétype de la finance de marché, on l’appelle aussi golden boy. C’est lui que l’on peut voir au volant d’une voiture de sport payée cash de sa poche, alors qu’il n’a que 29 ans.

La réalité :
Le Trader est un opérateur de marché qui travaille dans le Front office (FO) au côté des Structureurs, des Quants, des Analystes et des Sales. Il est en charge de passer les ordres d’achats et de ventes de produits pour le compte de la banque ou de ses clients. Il doit constamment étudier l’évolution des données de marché afin d’appliquer la stratégie la plus rentable pour la banque. Son rythme est effréné. Il passe 90% de son temps à lire et analyser les nouvelles informations qui défilent sur ses 4 écrans (c'est la première personne au monde à connaître une information après le journaliste qui la fournit), et 10% à passer des ordres pour prendre des positions. Il évolue dans un milieu stressant qui ne laisse pas de place à l'erreur. Ses deux missions consistent à gérer le risque et parfois à spéculer.

Il existe différentes catégories de Traders et leur rythme de travail varie selon le marché sur lequel ils prennent position (equity, commodities, fixed income…) , le type de produits sur lesquels ils travaillent (vanilles ou exotiques), et leur expérience. Les Traders n’ont pas tous des rémunérations incroyables. Le trader à l’origine du cliché est le proprietary trader, celui qui mise l’argent de la banque (et non celui de ses clients), car ses bonus peuvent atteindre des sommes colossales. Il est le seul qui puisse vraiment spéculer avec l’argent de la banque, et s’il est performant, son bonus peut dépasser le million d’euros. Cependant les « prop » trader sont rares : pour arriver à ce poste, ils ont dû se faire remarquer durant leur mission de trader classique ; de plus, leur nombre tend à diminuer en raison du risque qu’ils font courir à la banque (c.f. Jérôme Kerviel), ainsi que du développement du trading algorithmique.

Fonctions

Concrètement un Trader doit
  • Définir des stratégies d’investissement en fonction de ses prévisions sur l’évolution des données de marché.
  • Adapter ses stratégies aux changements sur les taux ou autres indicateurs de marchés.
  • Calculer le plus vite possible la valorisation de ses actifs, ainsi que les effets des variations de taux d’intérêt grâce à ses compétences en informatique et en calcul.
  • Trier les dépêches et toutes informations liées à l’actualité.
  • Adapter ses stratégies en analysant ses informations et en se fiant à son intuition.

Généralement les Traders ne s'accordent pas beaucoup de temps libre. Une journée type débute tôt (avant 8h) et finit tard (après 19h). Le rythme est très soutenu. Dans les plupart des salles de marché, la pause déjeuner des Traders se résumera à un sandwich mangé en 10 minutes devant son poste. Il faut dire que le déjeuner tombe pendant les heures d’ouverture du marché… (9h - 17h30)

L’évolution est proportionnelle aux résultats. Si vous faites gagner de l’argent à votre banque, vous évoluerez vite et inversement.
Depuis la crise, ce métier a été très critiqué et le recrutement subit un ralentissement certain.

Qualités

Le trader doit maitriser parfaitement les produits dérivés sur lesquels il est amené à travailler. Une bonne maîtrise des logiciels VBA et Excel est indispensable ainsi que des excellentes connaissances en mathématiques financières. Il parle anglais couramment. Une partie de ses décisions sont guidées par l’intuition. Mais cette dernière est de plus en plus remplacée par l'informatique et les calculs algorithmiques.

Formation

Il est difficile de devenir trader à Paris sans être passé par une grande école d’ingénieur doublée d'un troisième cycle de spécialisation dans la finance. Quelques autres formations prestigieuses permettent également de devenir trader directement, le master 203 de l’université Paris Dauphine est un exemple.
Les étudiants issus de formations moins reconnues ne doivent pas se décourager pour autant.
L’accès aux stages en tant qu’assistant trader est moins fermé, ce qui permet d’acquérir une première expérience pour ensuite partir faire ses preuves à l’étranger, où l’on sera plus jugé sur ses compétences.
Par ailleurs, de nombreux postes de Traders existent au sein de petites banques ou maisons de courtage. Mais il faut savoir que ces derniers sont loin des postes de rêve aux primes mirobolantes qui existent au sein des banques prestigieuses.

Complément trading algorithmique

Aujourd’hui, de plus en plus de transactions sont effectuées automatiquement. Ainsi pour beaucoup d’opération de trading, ce n’est plus le trader qui passe les ordres, mais un algorithme (programme) qui le fait automatiquement. Le trading algorithmique consiste à développer ces algorithmes qui doivent constamment être mis à jour afin de faire profiter la banque des dernières innovations techniques en informatique ou en modélisation mathématique.
Par conséquent, pour travailler en trading algorithmique, un excellent niveau en informatique et mathématiques est absolument nécessaire ainsi qu’une bonne connaissance des produits dérivés.
Dans la mesure où le nombre de transactions par trading algorithmique sera croissant, ce secteur peut être considéré comme un secteur d’avenir, mais il sera réservé à des techniciens d’élite.

Complément Assistant trader

Pour apprendre le métier de trader, rien de tel qu’être assistant trader. Souvent occupé par des stagiaires, ce rôle est très formateur.
Sa mission consiste à :
  • Vérifier les deals du trader
  • Estimer le P&L
  • Mettre à jour les pricers
  • Assurer le lien entre le Trader et le Middle office
  • Calculer les risques et contrôler les positions
  • Coter certains produits de base
  • Rencontrer d’autres Traders pour se forger une idée du métier

Profil

L'analyste en fusions et acquisitions est employé par une banque d’affaires. Il apporte toute son expertise aux entreprises souhaitant réaliser des montages financiers tels qu’une fusion, une acquisition, une joint venture ou une introduction en bourse. Il peut être spécialisé dans un secteur d’activité (télécommunications, métallurgie, chimie, BTP...) ou un produit (corporate finance, IPOs).

Fonction

Sa première mission est de détecter, pour les clients de la banque, les cibles potentiellement rentables en suivant de très près l'actualité du marché et en s'appuyant sur une vraie culture spécialisée et sectorielle.

Après avoir évalué les facteurs risques et monté un dossier financier et juridique complet, il doit démontrer l'intérêt stratégique de l'opération à son client. Toutes les banques sont en compétition pour décrocher les appels d’offre : un carnet d'adresses bien rempli fait souvent la différence.

Lorsque ses propositions sont acceptées, le conseiller s'entoure d'experts (juristes, économistes...). De conseiller, il devient un véritable négociateur. Il pilote la transaction et s'implique plus particulièrement dans les phases de valorisation et de rédaction des protocoles d'accord (qui précèdent la conclusion de l'affaire). Plusieurs mois sont souvent nécessaires au montage des dossiers... sans aucune certitude de conclure l'affaire au final.

Tâches :
  • Rechercher de nouvelles affaires
  • Travailler en étroite relation avec l'entreprise et ses experts
  • Maîtriser de A à Z le dossier
  • Diagnostiquer les problèmes et conseiller le client
Concrètement, il doit :
  • Valoriser les entreprises
  • Déterminer des opportunités
  • Conseiller les clients
  • Analyser minutieusement les comptes consolidés
  • Étudier les notes des Brokers
  • Rédiger des présentations

Qualité

L'analyste en fusion-acquisition sera apprécié pour sa capacité à conseiller les entreprises clientes sur les opportunités qui s'offrent à elle. Il doit faire preuve d'une grande rigueur et de beaucoup de disponibilité. Il doit avoir de solides connaissances en techniques de valorisation d'entreprise et d'analyse financière. Il doit bien maîtriser les documents comptables (bilan, compte de résultats, comptes consolidés). Capacité de synthèse, esprit critique, ainsi que d'organisation et de planification sont nécessaires pour ce métier et ces tâches minutieuses. Il doit avoir un bon sens relationnel pour créer un climat de confiance avec ses interlocuteurs et de la diplomatie pour imposer ses conseils.

Formation

Les masters de gestion (mention finance, spécialités banque et finance ou finance d'entreprise et ingénierie), les masters de finance (mention monnaie finance, spécialité techniques financières et bancaires ou financière et fiscalité), ainsi que les écoles de commerce et d'ingénieur (spécialité ou troisième cycle finance d'entreprise) sont les voies royales pour intégrer le monde de la fusion-acquisition.
Le webmarketer s’occupe de l’élaboration de la stratégie commerciale et marketing d’une entreprise via le support internet. Il gère et anime le site de l’entreprise, tout en observant les tendances du marché dans son domaine d’activité. Il veille sur l’audience et le trafic du site dans le but de l’améliorer perpétuellement, et il exploite de nouveaux gisements de clientèle à l’aide d’outils marketing propre au web. Globalement, il s’occupe de toute la communication web de l’entreprise.

Fonction

La dénomination de webmarketer est assez générale, le métier se décomposant en différentes fonctions qui varient selon les postes occupés. On désigne généralement le webmarketer comme le responsable e-marketing d’une entreprise. Les fonctions principales du webmarketer sont les suivantes :
  • Elaboration et gestion du budget marketing, conjointement avec le service marketing de l’entreprise.
  • Traffic management
  • Liens sponsorisés (Adwords Google, Yahoo Search Marketing, Miva, MSN)
  • Référencement naturel (S.E.O)
  • Animation des outils issus du Web 2.0 (blogs, réseaux sociaux, plateformes de partage vidéos...)
  • Analyse du comportement des visiteurs.
  • Animation commerciale des sites Internet
  • Mise en ligne des opérations commerciales selon le plan de communication défini (bandeaux, vignettes, habillage spécifique des sites Internet...)
  • E-mailing et fidélisation
  • Responsable des partenariats
  • E-publicité…

Qualifications requises

Le webmarketer doit à la fois avoir de bonnes connaissances en technique web :
  • HTML
  • PHP
  • Mysql
  • Javascript
  • Logiciels éditeur de site du type Dreamweaver
  • Logiciels de retouche d'image du type Photoshop
A cela s’ajoute des compétences plus spécifiques au webmarketing :

Référencement

Le référencement consiste à faire apparaître le site dans les premiers résultats des moteurs de recherche par rapport aux mots-clés visés. Le référencement est devenu indispensable pour les entreprises d'aujourd’hui.

Hébergement

Les offres d'hébergement de site Internet se multiplient, rechercher un fournisseur d'hébergement en tenant compte des objectifs et contraintes techniques du site s'avère de plus en plus une démarche réfléchie.

Marketing et communication on-line

Réflexion sur l'ergonomie, la charte graphique et le contenu du site, campagne d'e-mailing … La communication on-line possède de nombreuses facettes.

Suivi d'exploitation du site

La suivi de l'audience et des résultats d'un site est indispensable pour analyser son présent (résultat d'une campagne d'e-mailing, réussite du lancement d'un nouveau produit, audience des différentes pages du site...) et mieux anticiper son avenir. En termes de compétences personnelles, voici les plus appréciées :
  • Curiosité
  • Créativité
  • Sens de l’organisation
  • Sens commercial

Formations

En général, le métier de webmarketer s’effectue après un IUT, une école de commerce ou une école d’ingénieur, avec une formation plus poussée en informatique, notamment via un Certificat de capacité professionnel de webmarketeur. Evolution et reconversion

Les perspectives d’évolutions dans le web marketing sont plutôt limitées. L’entrée dans un service de webmarketing webmarketing permet un accès à la gestion des projets lié à l’e-marketing, notamment en termes de référencement, ou en termes d’études de marché. Néanmoins, c’est un métier en perpétuelle évolution étant donné les évolutions technologiques actuelles du marché de l’internet.

Salaire

Le salaire d’un webmarketer junior s’élève en moyenne de 30 000 à 40 000 euros bruts par ans. Un webmarketer senior touche généralement un salaire de 60 000 à 70 000 euros bruts par ans.

Présentation

Le commercial a pour mission de développer les ventes de son entreprise en rapportant de nouveaux contrats. Il se doit de respecter la politique commerciale mise en place. Il prospecte ses clients potentiels par mails, par téléphone ou en se déplaçant physiquement. En posant des questions à son client, il établit les besoins de ce dernier en termes d’attentes, de prix, de délais etc. Une bonne connaissance du produit ou du service qu’il vend est impératif. Développer le portefeuille client est souvent la mission principale du commercial, cependant il se doit aussi de relancer les anciens clients et d’assurer le suivi commercial et administratif de son secteur.

Fonctions

Le commercial doit :
  • Apporter de nouveaux clients à l’entreprise.
  • Fidéliser les anciens clients.
  • Assurer le suivi commercial.
Concrètement il :
  • Démarche les clients potentiels.
  • Utilise des techniques de vente.

Qualités

Un commercial doit être combatif afin de ne pas baisser les bras devant le premier échec rencontré. Il doit avoir le contact facile et doit savoir se montrer à la fois convaincant et rassurant afin d’obtenir la confiance du client. Un goût pour le challenge sera un atout indéniable.

Formation

Il existe différentes formations pour accéder au métier de commercial telles que : Bac Pro Vente, BTS Négociation et relation client ou Management des unités commerciales, DUT Techniques de commercialisation. Les écoles de commerce peuvent également former au métier de commercial, permettant d’accéder plus rapidement à un poste à hautes responsabilités.

Rémunération

Il n’existe pas de salaire minimum ou maximum pour un commercial, ce dernier étant le plus souvent payé avec une base fixe à laquelle viennent s’ajouter des commissions, dépendant des ventes qu’a conclues le commercial durant le mois.

Le gestionnaire de communauté, ou le Community Manager, est un métier relativement nouveau qui a pour objectif de modérer et de fédérer pour une société ou une marque les échanges entre internautes utilisant les services web tels que les réseaux sociaux et les blog afin d’accroitre la notoriété d’une marque.

Fonction

  • Le community manager va modérer les discussions sur les médias utilisés par son entreprise, et va par-dessus tout les animer : au sein de forums, sur les blogs, tous les utilisateurs qui seront introduits sur le site.
Mais surtout…
  • Il va gérer les discussions qui ont lieu en externe. Ainsi il doit suivre les conversations qui se font sur d’autres sites au sujet de la marque pour pouvoir y répondre et si possible modérer au mieux ce qui se dit. Il a pour but de devenir influent dans les média sur le marché qui le concerne.

De façon concrète cela se traduit par :
  • Poster des commentaires sur les blogs,
  • Créer une page Facebook,
  • Créer un groupe MySpace ou LinkedIn,
  • Créer du viral content sur YouTube ou Slideshare
  • Et bien d’autres…
Son rôle est de « parler » et surtout « faire parler » au maximum de la marque, afin d’augmenter le nombre de liens et de posts relatifs à la marque, et d’accroitre sa notoriété.

Qualifications requises

  • Connaissance métier sur les thématiques qui fédèrent la communauté, ainsi que du vocabulaire utilisé.
  • Connaissance pratique des réseaux sociaux et communautaires tels que Viadeo, Facebook, Twitter, Linkedin, la blogosphère et les forums.
  • Connaissance des techniques de veille et de référencement.
  • Capacité à mobiliser des acteurs (entreprises, collectivités, associations) et à créer des partenariats.
  • Capacité à organiser des événements fédérateurs.
  • Bonnes connaissances informatique et web (Logiciels, législation…)
En termes de compétences personnelles, voici les plus appréciées :
  • Rigueur
  • Créativité
  • Aptitude à être populaire
  • Bon niveau de langue

Formations

Il n’y a pas de formation propre au métier de Community Manager, néanmoins plusieurs filières permettent d’accéder à ce métier :
  • Cursus universitaire supérieur Bac + 2 à Bac + 5 en sciences humaines (lettres, arts, histoire, sociologie...) complété par une spécialisation dans la communication on-line.
  • Cursus et formation supérieure de type IEP ou Ecoles de Commerce avec spécialisation dans la communication on-line.
  • Ecoles spécialisées en communication, marketing, en relations publiques ou dans le journalisme, avec si possible spécialisation dans la communication on-line et le webmarketing.

Une formation, l'EEMI, voit le jour à la rentrée 2011. Elle permets de se former au métier de Community manager en 3ans.

Evolution et reconversion

Un Community Manager ayant de bonnes connaissances en informatique peut opter pour une reconversion vers un métier ayant attrait au webmarketing. Il peut également partager son savoir par des conférences. Néanmoins c’est un métier à reconversion et évolution généralement limitée, mais qui peut être très valorisé.

Salaire

  • Pour un junior, 20 000 à 25 000 euros par ans.
  • Pour un senior, en moyenne : 28 000 à 40 000 euros par ans, jusqu’à 80 000 euros dans des cas ou les compétences techniques sont très élevées.

Présentation

Le consultant en recrutement travaille dans un cabinet de recrutement. Ses clients le chargent de leur trouver des candidats correspondant à leurs attentes. Le conseiller en recrutement doit donc parfaitement comprendre quel type de profil recherche son client, il doit également connaître les différents métiers pour lesquels il recherche un candidat. Pour être sûr de partir dans la bonne direction, il établit, en collaboration avec son client, un descriptif de la fonction et du profil du candidat recherché. Ensuite, il lui incombe de réaliser le travail de recherche du candidat ainsi que de faire passer les entretiens et les tests psychologiques.

Qualités

Le consultant en recrutement doit avoir une excellente capacité d’écoute et doit être réactif afin de bien comprendre les attentes de ses clients et trouver un profil correspondant rapidement. Il doit faire preuve d’une bonne adaptabilité pour pouvoir passer d’un dossier à l’autre sans aucune difficulté.

Durant les entretiens d’embauche qu’il fait passer le consultant en recrutement doit faire appel à ses qualités de psychologue. D’un point de vue technique, il connaît bien le marché de l’emploi actuel (rareté ou abondance de tels profils, salaires pratiqués etc.)

Formations

Les formations sont variées pour devenir consultant en cabinet de recrutement, l’entrée en tant que débutant peut se faire après un IEP, une école de commerce ou encore après un Master en psychologie ou en RH.

Le consultant reçoit un salaire fixe, plus une partie variable en fonction du nombre de placement effectués sur le mois.

Le consultant touche un bonus pour chaque candidat placé, lequel est calculé en fonction du salaire annuel du candidat en question, le pourcentage augmente avec la rareté du profil recherché, donc la difficulté de la recherche.

Introduction

Le responsable qualité occupe un poste clé dans l’entreprise. Il est chargé de garantir la qualité des produits ou services de l’entreprise mais il s’attache également à prévoir les risques encourus par les défauts de qualité. S’agissant d’une préoccupation de plus en plus importante dans les entreprises, sa responsabilité augmente proportionnellement.

Fonction

Rattaché à la direction générale, le responsable qualité occupe une place importante dans sur l’échiquier de l’entreprise. Voici ses principales fonctions :
  • Prendre part à l’élaboration gérer et suivre la politique qualité de l’entreprise
  • Conception et de la mise à jour des manuels qualité, qui sont suivi par les employés de l’entreprise.
  • Représenter la société auprès des clients, fournisseurs et offices de contrôles.
  • Mettre en place et superviser des séminaires de formation qualité.
  • Prévention des risques.

Qualifications requises

Compétences techniques :
  • Analyses statistiques.
  • Bureautique.
  • Autres.
Compétences personnelles requises :
  • Bonnes capacités d’analyse.
  • Rigueur et méthode.
  • Sens des contacts, diplomatie.

Formations

Le profil de responsable qualité ne demande pas de formation spécifique. Il est possible de devenir responsable qualité par le biais d’une école d’ingénieur, ou encore via un certificat de qualification professionnelle Qualité, un BTS qualité dans les industries agroalimentaires et les bio- industries, un DUT qualité logistique industrielle et organisation…

Evolution et reconversion

La fonction de responsable qualité permet d’accéder à de nombreux postes à responsabilité dans l’entreprise à la suite de plusieurs années de carrière.

Salaire

Pour un débutant : 25 000 euros annuel en moyenne Pour un responsable qualité non débutant : De 28 000 à 82 000 euros, en moyenne 35 000 euros

Présentation

Le consultant en stratégie travaille au sein d’un cabinet de conseil. Les entreprises qui ont besoin de leur service font donc appel au cabinet de conseil qui mandate un ou plusieurs consultants afin de résoudre le problème de l’entreprise cliente.

Mission

Le consultant peut intervenir sur des problématiques très variées telles que le marketing, les ressources humaines, la gestion des conflits, la stratégie de l’entreprise…
Le consultant est appelé par l’entreprise cliente, soit parce que cette dernière n’a pas d’employés formés pour la mission, soit parce que tous les employés sont occupés et n’ont pas le temps de résoudre le problème.

Qualité

Le consultant en stratégie doit être réactif et rigoureux, il doit pouvoir travailler dans l’urgence et être résistant au stress. En effet, les entreprises font souvent appel à des consultants lorsqu’elles traversent une crise.
La force du consultant est alors de comprendre rapidement et clairement la problématique afin d’être aussi efficace, en quelques semaines, qu’un employé qui travaille au sein de l’entreprise depuis des années.

Concrètement le consultant réalise un audit de la situation de son client puis il élabore une ou plusieurs solutions adaptées à la situation. Il expose ensuite son diagnostic, ses conseils et le planning des évènements. Parfois, si cela a été convenu dans le contrat, le consultant prend part à la réalisation du projet qu’il a présenté.

Pour devenir consultant en stratégie il faut avoir un niveau BAC+5, école de commerce ou d’ingénieur. Une formation complémentaire est envisageable, surtout si l’on veut devenir expert, type MBA ou magistère.

Présentation

A la base de toute entreprise individuelle : l'entrepreneur ! Homme ou femme, commerçant, artisan ou profession libérale, c'est une personne prête à prendre des risques pour développer l'idée ou le savoir-faire auquel il croit. Chef d'entreprise, totalement indépendant, l'entrepreneur est personnellement et indéfiniment responsable des dettes de son entreprise. Il en répond sur son patrimoine personnel. Considéré comme un travailleur indépendant, il ne peut être salarié de sa structure.

Mission

Il est le seul maître à bord. Politique commerciale, actions marketing et publicitaires, budget de fonctionnement : à lui de déterminer la stratégie de sa société et de diriger sa mise en œuvre. Pour cela, il doit rassembler les moyens humains, financiers et matériels nécessaires au développement de son exploitation. A lui encore de déterminer ses prestations, ses services ou ses produits, leur tarification et leur mise en vente.

Qualité

L'entrepreneur individuel est, sans conteste, un homme ou une femme de volonté, persévérant et prêt à se consacrer corps et âme à son entreprise. Pour assurer la pérennité de sa structure, il se doit d'être un bon gestionnaire ayant le sens du commerce et du relationnel. Il doit enfin savoir anticiper et parfois être visionnaire afin d'assurer le bon développement de son exploitation.

Formation

Autodidactes, détenteurs d'un BTS ou diplômés de l'enseignement supérieur, les entrepreneurs individuels ne répondent pas à un profil type. En revanche, tous avaient acquis compétences et expérience professionnelles dans un secteur d'activité donné avant de se lancer dans l'aventure de l'entreprise individuelle. Bien souvent, des stages de formation continue, en gestion et communication entre autres, leur sont nécessaires pour continuer d'exercer leur métier.

Présentation

Une entreprise décide de lancer un nouveau soda : saveur, packaging, prix, circuits de distribution, date de mise sur le marché, campagnes de communication… Pas de place pour l’aléatoire ! Le chef de produit est au cœur de cette réflexion. Séduire le consommateur et l’inciter à l’achat : tel est bien le but visé par le chef de produit. Céréales, ordinateur, gel douche... Il est responsable d’un type d’articles ou d’une gamme entière depuis sa conception jusqu’à sa commercialisation. Ce poste requiert quelques années d’expérience. Les jeunes diplômés débutent généralement au poste d’assistant chef de produit, puis comme junior pour faire leurs armes.

Mission

Sous les ordres du directeur marketing, il met en place la stratégie de développement avec un budget et des objectifs de vente précis. Pour lancer le produit, il s’appuie sur différentes études. Il analyse les attentes des clients et les initiatives de la concurrence. Il fait preuve d’anticipation pour devancer les besoins des consommateurs. Sa mission principale : Imaginer le futur produit en collaboration avec le service de production et les commerciaux. Puis il coordonne le travail des équipes commerciales et suit de très près l’évolution des ventes. Si les objectifs ne sont pas atteints, il peut proposer une baisse des prix ou multiplier les offres commerciales et publicitaires.

Qualité

Autonomie et sens de l’initiative, sens de la négociation, créativité et réactivité, et un esprit d’équipe développé.

Compétences

Analyser, vendre et organiser.

Formation

Les bacs conseillés sont STG, ES, S. Le niveau d’étude minimal bac +5 est le plus souvent exigé : diplôme d’école de commerce, de gestion, master pro marketing. L’alternance est un plus. Ils recrutent en priorité des ingénieurs formés aux techniques de marketing. La maîtrise de l’anglais est indispensable.

Présentation

Le chargé d'étude marketing travaille en amont, au début de la chaine avant même qu'un produit ne soit fabriqué. L'objectif est de comprendre les besoins des consommateurs et d'analyser les tendances et l'environnement économique. Il travaille en agence ou pour une entreprise pour des lancements de nouveaux produits.

Mission

Le chargé d'étude marketing a pour missions de déterminer le schéma d'étude le plus approprié aux informations qu'il cherche, de la mettre en place et d'encadrer la conduite de l'enquête. Une fois les résultats obtenus il les interprète et les met en forme. Pour cela il organise des réunions de consommateurs, réalise des enquêtes, visite les points de vente et de fabrication. Il s'occupe également d'examiner les tendances, les comportements et la concurrence.

Qualité

Grande capacité d’analyse et de synthèse, goût des chiffres, pragmatisme, autonome, capacités de persuasion, communiqué et vendre. Il connaît parfaitement toutes les évolutions de tendance et peut conseiller l’entreprise sur la stratégie commerciale à adopter.

Formation

Les licences ou BTS spécialisés en statistiques sont appréciés. Les formations généralistes type IEP et les écoles supérieures de commerce permettent également d’accéder à ce poste. Les employeurs recruteront aussi des candidats diplômés d’un master ou doctorat en marketing, économie-gestion. Les candidats issus d’école d’ingénieurs orientées statistiques (Ensae, Ensai) peuvent également postuler à ce poste.

Présentation

L’ingénieur d’affaires est généralement rattaché soit à une direction commerciale soit à une direction technique. Il est un interlocuteur privilégié du client, des services internes tels que le service commercial, le bureau d’études, le service financier, le service technique, la direction, les différents responsables de production et les prestataires externes tels que les fournisseurs, les sous-traitants, les intervenants sur site.

Mission

La mission de l'ingénieur d'affaires se décompose en quatre parties majeures :

1. La prospection : En amont du projet, l’ingénieur d’affaires fait de la prospection. Il détecte les affaires et réalise toutes les actions marketing et commerciales permettant de conclure une affaire.

2. L’étude du problème posé : Il analyse le besoin du client, répond aux appels d’offres, participe aux études de faisabilité, établit l’offre commerciale et réalise le montage financier du dossier. Les solutions qu’il propose constituent une réponse à la fois technique et commerciale. Il négocie le contrat et collabore à l’élaboration du devis et du cahier des charges. Il intervient également dans la sélection des solutions techniques appropriées et négocie éventuellement avec des prestataires externes.

3. La réalisation du projet : Dans cette phase, l’ingénieur d’affaires s’implique dans la réalisation du projet tout en coordonnant l’activité des différents acteurs internes de son entreprise et des sous-traitants. La mise en service et l’assistance prolongent souvent sa mission.

4. La phase de suivi d’affaires : L’ingénieur d’affaires assure le suivi commercial du projet. Il doit piloter et réaliser le contrat avec les différents acteurs concernés dans le respect de ses engagements. Il est le garant de la qualité et de la rentabilité de l’affaire.

Qualité

L'ingénieur d'affaire doit avoir des qualités commerciales : négocier, convaincre, vendre et organisationnelles : stratégie, présentation des résultats.

Formation

Issus d'école de commerce ou d'ingénieurs, ou de formation équivalente à l'université. L'ingénieur d'affaire à une spécialisation en commerce.

Présentation

Porte-parole d'une entreprise auprès des médias, l'attaché de presse joue un rôle clé dans la diffusion de l'information. Les emplois se situent dans les grandes entreprises et les agences de presse, essentiellement implantées à Paris et en Île-de-France. Faire connaître une marque, un artiste, une entreprise, une collectivité auprès des journalistes est la mission de l’attaché de presse. Il peut être chargé de faire circuler l’information à l’intérieur de l’entreprise.

Mission

Pour sélectionner les informations à transmettre aux journalistes, l'attaché de presse doit d'abord parfaitement maîtriser le produit, l'organisation de l’événement, l'activité (ou l'image de l'entreprise) à promouvoir. Après un accord avec les journalistes, il diffuse l'information. La sortie d'un produit ou le développement d'un type d'activités peuvent être annoncés lors de conférences, de déjeuners-presse, de voyages de presse... À l'attaché de presse alors d'établir le programme de la manifestation, de préparer les invitations, de relancer les journalistes et les accueillir le jour dit. À lui aussi de leur fournir toutes informations complémentaires et de répondre aux demandes spontanées.

Qualités

Diplomatie, clarté, précision, rigueur, disponibilité, enthousiasme et patience sont les qualités requises. Une bonne maîtrise du rédactionnel est indispensable. Les dépassements horaires sont fréquents lors d’opérations de communication spécifiques liés à des événements. L’attaché de presse peut aussi être conduit à effectuer de nombreux déplacements.

Formation

Les niveaux de qualifications sont divers et les exigences des employeurs ne sont pas les mêmes, s'ils sont agence de conseil, entreprise commerciale, industrielle, ou service public. Les bac +2 ne permettent pas une entrée rapide dans la vie active. Il est souhaitable de poursuivre ses études après l'obtention de ces diplômes et surtout de multiplier les stages professionnels. Le CELSA (école des hautes études en sciences de l'information et de la communication), constitue une formation très prisée des employeurs. Signalons également que les diplômés de sciences politiques et de commerce peuvent aussi trouver des emplois dans les services de presse des entreprises.

Témoignages étudiants

Ils nous ont choisis

Ils parlent de nous

© 2016 - AJStage